Press "Enter" to skip to content

Voici comment Ndongo et ses experts préparaient depuis 2016 le vol des 100 milliards

PETIT cas pratique de Feymania pour les profanes. Ca se passe dans l état du Gondwana. Je profite de la crise en Chine et de la cessation d activités des entreprises d assemblage de Notebooks.

Je repere une entreprise d assemblage de notebooks à vendre à 1 yuan symbolique, l état chinois acceptant d eponger le passif.

Je créé une Société Holding aux USA, dans l état du Delaware, et je rachete via la Société Holding que je controle l assembleur de Notebooks basé en Chine.

Dans mon pays le Gondwana ou je suis Roi, je créé un besoin artificiel pour la jeunesse : 500000 notebooks offert gratuitement aux etudiants.

Je signe un contrat de financement de 75 milliards de Monkey’s Money comme l appelle Salim Njoya, avec CHINA Bankexim.

Les 75 milliards sont vires sous le compte bancaire de la Société d assemblage de notebooks en Chine, que je controle desormais. Avec les subventions, des exonerations et autre avantages, j assemble un Notebook à 10000 Monkey money.

Au final, les 500000 notebooks reviennent à 10 millards de monkeys money, en y ajoutant les impots et taxes dues en Chine, et divers charges, je depense 15 milliards de Monkeys money, et m en sort avec un benefice net de 60 milliards que je vire en Suisse mon pays de residence via un Montage financier.

Tout le monde est content : Benjamin Zebaze est content . Les militants du Rassemblement de la tontine du Fey iront fêter au village et m envoyer des motions de soutient pour mes 60 milliards . ca se passe dans la republique du Gondwana et toute ressemblance avec la realite n est que pure coïncidence .

N. B: ce texte a été publié dès 2016. À l’époque on voyait déjà l’entourloupe et ces fait. Internet est bien. Voici l’importance de l’archivage.

Columnist: Boris Bertolt

Facebook Comments

Be First to Comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.

Show Buttons
Hide Buttons