Press "Enter" to skip to content

Vincent Aboubakar et Hugo Broos, des victimes de Ahmed Ahmad

En refusant de nominer le camerounais Aboubakar Vincent dans les trois derniers en lice pour le titre de joueur africain de l’année, la CAF à clairement montré qu’elle ne porte pas le pays d’Issa Hayatou dans son cœur.

Le président de la république Paul Biya a déclaré lors d’une interview accordée à la presse dernièrement “tout est clair maintenant”. Même s’il ne s’agissait pas de football, pour de nombreux camerounais qui doutaient encore des intentions de la CAF vis à vis du Cameroun, tout est aussi clair maintenant.

La nouvelle de l’annonce des trois derniers finalistes encore en course pour le titre de joueur de l’année 2017 est tombée comme un coup de massue sur la tête pour les nombreux acteurs du football au Cameroun car pour eux et d’après les statistiques, Aboubakar Vincent mériterait au pire des cas de terminer troisième dans ce classement.

Que non, la CAF et ses experts en ont décidé autrement bafouant ainsi non seulement les performances du joueur mais aussi ses critères d’attribution de cette distinction qui a pris un coup de (mauvaise) pub ce jour.

En dehors de cela, la CAF et ses nouveaux dirigeants ont juste confirmé tout le bien qu’ils pensent du Cameroun depuis le départ de l’ancien président Issa Hayatou de la présidence de cette organisation après près de 30 ans de règne.

En effet le nouveau président , Ahmad Ahmad avait déjà montré les couleurs en affirmant lors d’une interview que “le Cameroun serait incapable d’organiser une CAN même de quatre équipes” alors que ce dernier avait changé le cahier de charge d’un pays organisateur ainsi que le nombre de nations qui prendront désormais part à la phase finale de la CAN pour une compétition du niveau de la CAN.

Ce changement soudain paraissait déjà comme une grosse incongruité. Mais malgré cette conspiration à ciel ouvert, le pays de Samuel Eto’o a décidé de répondre sur le terrain en se mettant au travail pour être prêt le jour dit.

Aujourd’hui c’est au tour de Vincent Aboubakar de subir les foudres de la bande à Ahmad.

Auréolé d’un titre de champion d’Afrique et de champion de Turquie avec son ancien club de Besiktas pour ne citer que les titres collectifs, Aboubakar a tout simplement été ignoré par les experts de la CAF dans leur short list des trois derniers finalistes. Une situation très peu compréhensible quand on sait que la CAN est la plus grande compétition organisée par la CAF, comment se fait-il donc qu’un pays qui a remporté cette Can ne voit aucun de ses représentants nominé dans les trois joueurs de l’année.

La thèse du complot se confirme lorsque même pour le titre de meilleur entraîneur, Hugo Bross l’entraîneur de l’équipe championne d’Afrique ne figure pas dans la liste des trois meilleurs entraîneurs de l’année. Est-ce à dire qu’en terre africaine la Can n’ait plus de crédit?

Non. la CAF et ses nouveaux dirigeants démontrent juste qu’une véritable cabale est lancée contre le Cameroun et en attendant la visite du cabinet d’audit chargé de l’inspection des infrastructures sensées abriter la Can ,les camerounais doivent retenir leur souffle car ils ne sont pas au bout de leur surprises. La supposée évidente présence de Vincent Aboubakar dans le trio final vient de le démontrer.

IL apparaît tout de même réducteur pour une institution telle que la CAF de sombrer dans ce genre de règlements de comptes au détriment d’un travail objectif digne d’une grande confédération. Désormais les camerounais sont avertis, les compétitions de la CAF ne se jouent plus que sur les terrains.

Source: camer.be

Facebook Comments

Be First to Comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.

Show Buttons
Hide Buttons