Press "Enter" to skip to content

Un cas de vol de bébé secoue le CHU de Yaoundé

L’affaire remonte au mois de juin 2017. Une jeune dame accuse le Centre Hospitalier et Universitaire (CHU) de Yaoundé d’avoir volé son bébé. En effet, selon le récit de Radio Balafon, après son accouchement, la jeune dame a mis au monde un bébé prématuré de sexe masculin. Ce bébé a été mis à la couveuse du Centre Hospitalier et Universitaire de Yaoundé.

Seulement, quelques jours après avoir mis son bébé à la couveuse, la mère est arrivée un matin pour passer le temps requis par l’hôpital avec son enfant. Contre toute attente, les infirmiers lui annoncent le décès de son nourrisson qui a déjà été conduit à la morgue du CHU.

Sous le choc, la mère demande à voir son bébé qui a été déposé à la morgue sans son consentement et sans avoir été informée de son décès. Conduite de toute urgence dans la chambre froide, cette dernière déclare que le bébé qui lui a été présenté n’est pas le sien. Selon le père du bébé, le nommé Alima Emmanuel, rencontré par la correspondante de Radio Balafon à Yaoundé, «son garçon était brun avec peu de cheveux. Pourtant le bébé qu’on lui présente est tout noir avec beaucoup de cheveux sur la tête».

Face à cette différence de bébés décriée par les parents éplorés, ces derniers dénoncent un trafic de bébé. D’après eux, leur bébé a été tout simplement volé. Après la descente d’un huissier au sein de cet hôpital, une plainte a aussitôt été déposée contre le CHU au mois de juin 2017. Depuis le mois de juin, le bébé est toujours dans la chambre froide du Centre Hospitalier et Universitaire de Yaoundé.

Trois mois plus tard, la police judiciaire est descendue au CHU de Yaoundé ce mercredi pour identifier le corps. Comme premières instructions, il est demandé au père du bébé de procéder à un test d’ADN qui permettra de déclarer sa paternité ou non avec le bébé présenté par le CHU ainsi que celle de la mère. Pendant cette présence policière, apprend-on, l’entrée du CHU de Yaoundé a été assaillie par la population et les failles des parents du bébé pour réclamer la justice.

Facebook Comments

Be First to Comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.

Show Buttons
Hide Buttons