Press "Enter" to skip to content

Révélations: le Nigeria aurait sauvé Sisiku Tabe d’un plan d’assassinat

La formation du gouvernement intérimaire a incité le régime de Biya et son groupe de réflexion à convoquer une réunion importante qui s’est tenue à Mvomeka’a. Le président Biya voulait connaître le général XX, y compris certains membres du gouvernement intérimaire de la République fédérale d’Ambazonia. Une élite politique de haut niveau anglophone a approché Biya au cours des délibérations et a suggéré que Sisiku Ayuk Tabe, le chef d’État intérimaire de la République fédérale d’Ambazonia soit éliminé. La suggestion, venant d’un Camerounais “anglophone” a surpris même certains durs du RDPC.

Yaoundé a décidé de mettre sous pression l’ambassadeur nigérian Lawan Abba Gashagar. Certes, le haut-commissaire nigérian au Cameroun répondait aux questions du ministre-secrétaire général à la présidence ou rencontrait le ministre des Relations extérieures sur les activités du gouvernement intérimaire au Nigeria. Etoudi à un moment donné a demandé que le Service d’immigration nigérian, NIS, devrait arrêter et rapatrier le président Ayuk Tabe du Nigeria au Cameroun pour subir son procès. Dans une correspondance adressée au président Buhari par l’intermédiaire du ministre René Sadi, le président Biya a accusé poliment l’administration Buhari d’avoir aidé le gouvernement intérimaire de la République fédérale d’Amabzonia.

Biya a soutenu qu’un groupe d’intérêt nigérian aidait le leader ambazonien à voyager à l’extérieur du pays vers l’Europe et l’Amérique. Le président Buhari a envoyé une lettre à Biya affirmant que la République fédérale du Nigeria n’a pas l’intention de soutenir les Camerounais “anglophones” . L’ambassadeur nigérian a remis la lettre de Buhari et a publié une déclaration à cet effet à Yaoundé.

Yaoundé n’a jamais fait confiance à Abuja et a donc secrètement mis en scène une opération militaire en profondeur à l’intérieur du territoire nigérian qui a attiré une large condamnation de la part du gouverneur de l’Etat de Cross River au Nigeria. Le régime de Biya a nié les raids transfrontaliers et intensifié la pression sur l’ambassadeur Lawan Abba. La réunion de Mvomeka’a a eu un caucus intérieur qui a résolu d’assassiner le président Ayuk Tabe comprenant au moins quatre ministres de cabinet d’Ambazonia. Des agents des services secrets “anglophones” ont été dépêchés pour rejoindre les milliers de réfugiés Ambazoniens au Nigeria et 10 d’entre eux originaires du département de Manyu ont trompé le gouvernement intérimaire qu’ils avaient effectivement fait défection de l’armée camerounaise.

Le président Ayuk Tabe a donné des instructions permanentes pour que les dix soi-disant anciens soldats de la République soient auditionnés avant d’être intégrés au secrétariat de la défense. Cette instruction n’a jamais été suivie. 04 parmi les dix savaient que si Sisiku Ayuk Tabe était éliminé, un fils de Manyu serait nommé Premier ministre et chef du gouvernement. Ils ne savaient pas que dès le premier jour, ils se présentaient comme des soldats qui avaient fait défection, les services secrets nigérians les surveillaient sévèrement.

Les quatre ont déménagé dans d’autres régions du Nigéria et ont eu accès à des renseignements sur les activités du gouvernement intérimaire. Ils pouvaient se permettre des hôtels 4 et 5 étoiles à Lagos et à Abuja et avaient prévu de tuer le président par intérim et les membres du Conseil de gouvernement à Abuja. Les 4 auraient pénétré dans Abuja et auraient disparu du radar de sécurité nigérian. Les sources au Nigéria disent, le Service secret nigérian, le DSS étaient dans cette région où les hôtels de Nera sont situés mais n’étaient pas sur leur démonstration de force normale normale. Immédiatement Sisiku Ayuk Tabe et ses principaux assistants sont entrés dans l’hôtel, le DSS est entré et a organisé l’arrestation. Des efforts supplémentaires pour établir le contact avec les dirigeants d’Ambazonia sont restés infructueux. Dans l’état actuel des choses, nous pouvons confirmer que les dirigeants de la République fédérale d’Ambazonia sont en détention préventive.

L’arrestation donne le résultat escompté à la lutte de libération car elle a attiré les gouvernements américain, français et britannique. Le DSS nigérian a lancé une chasse à l’homme pour les 4 agents de sécurité du gouvernement camerounais.

Le monde sait maintenant que l’administration de Biya a pratiquement abandonné son appel au dialogue avec les Camerounais du Sud à la recherche d’une route brutale pour éliminer le leader d’Ambazon. La situation est très tendue en ce moment dans le sud du Cameroun, des menaces de mort étant adressées aux citoyens nigérians. Aucune des soi-disant élites politiques anglophones n’a exigé le retrait des troupes du territoire car leur présence augmente le niveau de tension qui existe déjà dans le pays. président Ayuk Tabe a donné des instructions permanentes pour que les dix soi-disant anciens soldats de la République soient auditionnés avant d’être intégrés au secrétariat de la défense. Cette instruction n’a jamais été suivie. 4 parmi les dix savaient que si Sisiku Ayuk Tabe était éliminé, un fils de Manyu serait nommé Premier ministre et chef du gouvernement. Ils ne savaient pas que dès le premier jour, ils se présentaient comme des soldats qui avaient fait défection, les services secrets nigérians les surveillaient sévèrement.

Les quatre ont déménagé dans d’autres régions du Nigéria et ont eu accès à des renseignements sur les activités du gouvernement intérimaire. Ils pouvaient se permettre des hôtels 4 et 5 étoiles à Lagos et à Abuja et avaient prévu de tuer le président par intérim et les membres du Conseil de gouvernement à Abuja. Les 4 auraient pénétré dans Abuja et auraient disparu du radar de sécurité nigérian. Nos sources au Nigéria disent, le Service secret nigérian, le DSS étaient dans cette région où les hôtels de Nera sont situés mais n’étaient pas sur leur démonstration de force normale normale. Immédiatement Sisiku Ayuk Tabe et ses principaux assistants sont entrés dans l’hôtel, le DSS est entré et a organisé l’arrestation. Des efforts supplémentaires pour établir le contact avec les dirigeants d’Ambazonia sont restés infructueux. Dans l’état actuel des choses, nous pouvons confirmer que les dirigeants de la République fédérale d’Ambazonia sont en détention préventive.

L’arrestation donne le résultat escompté à la lutte de libération car elle a attiré les gouvernements américain, français et britannique. Le DSS nigérian a lancé une chasse à l’homme pour les 4 agents de sécurité du gouvernement camerounais.

Le monde sait maintenant que l’administration de Biya a pratiquement abandonné son appel au dialogue avec les Camerounais du Sud à la recherche d’une route brutale pour éliminer le leader d’Ambazon. La situation est très tendue en ce moment dans le sud du Cameroun, des menaces de mort étant adressées aux citoyens nigérians. Aucune des soi-disant élites politiques anglophones n’a exigé le retrait des troupes du territoire car leur présence augmente le niveau de tension qui existe déjà dans le pays.

Columnist: Dan Eboudou Essissima

Facebook Comments

Be First to Comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.

Show Buttons
Hide Buttons