Press "Enter" to skip to content

Patrice Nganang devant le Congrès américain appelle à la chute de Biya

Patrice Nganang a été finalement reçu au congrès américain pour s’exprimer devant une commission des droits de l’Homme. Un exposé qu’il a fait sur la situation en zones anglophones.

A l’en croire, le mal anglophone dure des siècles au grand dam des populations de ces zones qui ne bénéficient d’aucunes retombées de l’exploitation du pétrole de Limbé. Ce qui résolvera la crise d’après lui, est la chute de Biya, voire sa démission du pouvoir.

La présentation de Nganang devant le Congrès américain

Est-il impossible de parler d’une partie des troubles qui ont éclaté dans le Nord-Ouest et le Sud-Ouest du Cameroun depuis novembre 2016, sans le comprendre comme une métaphore du problème général anglophone?

La réponse est simple: Non. Pourquoi est-ce le cas? Réponse: Parce que chaque aspect du problème anglophone nous amène à la racine, ce qui est le tort causé à notre peuple. Comment peut-on corriger ce mal? Réponse: En donnant à notre peuple, et ils s’appellent maintenant Ambazonians, leur état de retour.

Pour arriver à cette conclusion, il est important de ne pas prendre la question à sa valeur nominale, car cette question peut se transformer en différentes formes: à partir de 1961, date de la fédération des deux anciennes colonies allemandes qui s’appelaient alors Gross kamerun, à 1994, pendant trente-trois ans donc, pourquoi n’y avait-il pas d’université de tradition anglaise au Cameroun?

Depuis 1916, pourquoi a-t-il fallu attendre jusqu’en 2016, cent ans plus tard, pour que le Cameroun se rende compte qu’il avait des avocats de tradition britannique dans sa population et qu’il devait respecter son système judiciaire basé sur la common law? Pourquoi n’y a-t-il pas d’hôpital remarquable dans la partie du Cameroun qui parle anglais? Pourquoi n’y a-t-il pas d’université des sciences et de la technologie dans le Nord-Ouest ou le Sud-Ouest? Pourquoi la plus grande ville du Cameroun anglophone, Bamenda, a-t-elle les pires routes du pays?

La liste de ce qui révèle la profondeur de l’injustice faite à notre peuple depuis 1961 est infinie, mais sa nature systématiquement criminelle ne peut être comprise que si l’on se souvient que le pétrole a été découvert dans cette partie du pays dès 1970, et son extraction ainsi que le montant des revenus qu’il génère ont toujours été un secret d’Etat – dirigés directement de Yaoundé, de la Présidence de la République et gérés à l’étranger par des compagnies françaises, et à terre par la SONARA, la compagnie pétrolière nationale, une entreprise toujours dirigée par un francophone, majoritairement issu de la tribu du Président, et qui ne se voit jamais dirigée par un anglophone depuis sa création, une société dont les parts majeures jusqu’en 2010 étaient détenues par deux entreprises françaises, Total et Elf.

J’ai été mis au défi de parler seulement le français autour de SONARA, écrit un ancien employé, Oliver Zhie, j’ai travaillé avec une sous-société là-bas. Tous mes collègues francophones m’ont adressé comme ça, ‘salut Bamenda!’. Il y a beaucoup de haine là-bas.

Au Cameroun, «Bamenda», est le mot d’argot par lequel les francophones associent les anglophones à la servitude, car cela signifie esclave et serviteur.

Les bouleversements d’aujourd’hui ont une longue histoire et aucun aspect de la vie politique camerounaise n’en est à l’abri. Pour vous donner un exemple, même l’éveil du Cameroun à la démocratie en 1992 – et le parti d’opposition dans le pays, SDF, anglophone, est né dans le sang – a été mené par la révolte anglophone, la dissidence anglophone, le mécontentement anglophone.

Un rapide survol de la transformation du problème anglophone en mécontentement violent, et cela signifie, de l’existence tout à fait impossible d’une identité anglophone dans le paysage public camerounais devient essentiel quand on se souvient que la personne qui a effectivement transformé le 20 novembre 2016 en Décembre 7, 2017 était la plupart du temps une demande corporatiste des avocats et des enseignants dans un soulèvement populaire était simplement un journaliste de radio – «No Fear» Mancho Bibixy, et avant son arrestation, il avait l’une des émissions de radio les plus populaires à Bamenda.

Son arrestation a déclenché une émeute dans la ville, et il a été condamné il ya quelques mois – en français bien sûr – à quinze ans de prison, pour “terrorisme”, “sécession”, “révolution”, “hostilité contre la patrie” , “propagation de fausses informations”, “insurrection et” mépris des autorités “, et de payer une taxe impossible, par le tribunal militaire, au cours d’une session dirigée par un juge francophone, Abega Mbezoa, du groupe ethnique du président.

Et pourtant, aussi scandaleuse que soit sa condamnation, elle n’est qu’un petit chapitre d’une marginalisation générale et systématique de la population anglophone qui a effectivement commencé en 1972 et qui a été sanctionnée par l’État le 14 avril 1984, lorsque le président a décidé le pays après ce qu’a été le Cameroun oriental français jusqu’en 1961 – la République du Cameroun.

Le récit de la marginalisation anglophone peut être lu dans les demandes avec lesquelles Mancho Bibixy a lancé ce qu’il a appelé la révolution du cercueil, et qui est devenue une guerre civile – il demandait de meilleures routes, de meilleurs hôpitaux, de meilleurs services, des enseignants qui demandaient un système scolaire qui respecte leur éducation en anglais, et des avocats qui demandent le respect de la common law.

Ce faisant, il a effectivement transformé le journaliste qu’il est, en porte-parole de la colère de notre peuple à se voir refuser l’accès aux nécessités de base, malgré la richesse de leurs terres. Ou sur le fait que les militants de la diaspora se voient systématiquement refuser leur entrée sur le territoire camerounais “même lorsqu’ils sont ressortissants avec un passeport étranger, ils sont en possession d’un visa régulier délivré à l’ambassade du Cameroun.

Les milliers de personnes de la diaspora anglophone vivant au Nigeria, mais aussi en Afrique du Sud, en Angleterre, et ici, aux Etats-Unis, peuvent témoigner de cette exclusion systématique de leur espèce. C’est dire qu’il est effectivement impossible de déconnecter la situation de n’importe quel Camerounais du Sud, de l’impossible condition d’être anglophone à la République du Cameroun.

Pourquoi est-ce que de la grève du Consortium au Cameroun a vu une érosion rapide du le plus parlé de la paix, et si rapidement coulé dans une guerre civile? La réponse à cette question est la longue histoire d’une cohabitation impossible entre deux parties de ce qui était une colonie allemande jusqu’en 1916 et selon la Ligue des Nations et la tutelle et le mandat de l’ONU devaient être rassemblés en leur propre indépendance, et la mauvaise gestion d’une structure fédérale qu’ils ont choisie par un État francophone incapable de comprendre que le gentlemen’s agreement qui a réuni le Cameroun oriental et occidental en 1961 n’était ni un certificat d’annexion par une partie ni un de cession par l’autre, et surtout aucun précédent parmi les cinquante-trois nations africaines.

Est-ce donc une gemme, une opportunité historique? A titre de comparaison: Tanganiya et Zanzibar ont conclu un accord pour former la Tanzanie, et la sagesse de leurs hommes d’Etat leur a fait comprendre que leurs traditions séparées avaient aussi besoin d’une structure étatique qui les respectait – ils formaient une confédération.

Le Sénégal et la Gambie avec le gentlemen’s agreement pour former la Sénégambie, mais n’a eu besoin que de quelques années pour se rendre compte de leur erreur de jugement, et n’a pas versé de sang pour se séparer.

Pourquoi est-ce que la République du Cameroun doit tuer des milliers de personnes anglophones, doit sombrer dans une guerre civile à cause d’un gentlemen’s agreement dont d’autres Etats et dirigeants africains se sont éloignés sans effusion de sang?

La réponse réside dans la richesse des terres anglophones – le pétrole. Dans le fait que le pétrole qui est exploité sur les côtes de Limbe n’a jamais été investi dans le Nord-Ouest et le Sud-Ouest. Et le pétrole est sans doute ce qui explique la rigidité de Paul Biya, le président camerounais, lorsqu’il dit que la forme de l’Etat camerounais ne peut être discutée, et c’est aussi ce qui explique une déclaration du président français Emmanuel Macron, la veille de ce qui deviendra la journée d’unité nationale la plus sanglante du pays, le 20 mai 2018: «Je vous invite également à la solidarité de la France face aux crimes commis, notamment dans le contexte des tensions que connaître les régions Anglophones du Cameroun. Je tiens également à exprimer la solidarité de la France face aux crimes commis à l’encontre de la France et de l’intégrité de la France. représentants de l’Etat, dans le contexte des tensions dans les régions anglophones du Cameroun. Je souhaite que ces tensions soient résolues de manière pacifique et par le dialogue, et ce, dans le strict respect de l’unité et de l’intégrité de votre pays. “Respect strict”?

Aucun mot concernant les mille civils morts, ceux de décembre 2016, septembre 2017, octobre 2017, et de littéralement tous les jours – Bertika Edward Penda, 95 qui est mort du manque de médicaments parce qu’il a été chassé de son village, Depanda Bakundu, brûlé par les soldats francophones.

Aucun mot concernant les étudiants de l’université de Buea violés par des soldats principalement francophones, dont certains sont devenus vipères et comme Sidonie ont été abattus à Menka-Pilly tout en se protégeant dans le toit d’une maison. Aucun mot concernant le meurtre ciblé de plus et plus de civils par des soldats francophones. Aucun mot concernant les milliers d’anglophones qui se cachent au Nigeria parce qu’ils ne sont pas en sécurité chez eux, meurent de malnutrition et de faim au Nigeria, les 75 villages brûlés par les soldats francophones, les fermes pillées par les soldats francophones.

Aucun mot sur les grands-mères et grands-pères – la Mama Monica Appih Sereh, 95, de Kwakwa, ou Mama Pauline Ayele Adia, 86, de Mungo Ndoi – qui ont été brûlés dans leurs maisons. Aucun mot sur les nourrissons tués. Pas de compassion pour une Wiyfenga Eileen Fola, 14 ans, dont le visage a été détruit par une balle de soldat. Aucun mot sur la torture de civils par des soldats francophones, sur les crimes de guerre qui sont commis dans le sud du Cameroun en ce moment même.

Aucun mot sur les régions anglophones qui sont coupées du monde. Aucun mot pour les anglophones, les réfugiés ou autres, qui se voient refuser l’entrée au Cameroun même pour enterrer leurs morts. Les victimes des actes criminels de l’État francophone sont plus éloquentes que toute manifestation de dénaturation – et les victimes sont toutes des anglophones.

Une revendication du «strict respect de l’unité et de l’intégrité du pays» n’est pas seulement une Chèque en blanc donné à un gouvernement qui commet effectivement un génocide sous nos yeux, c’est aussi un mépris brutal de l’histoire du Cameroun, et en particulier de l’histoire du Cameroun occidental, car le Cameroun du Sud était bel et bien un État avant de rejoindre le Cameroun oriental.

Un État avec un gouvernement qui fonctionne, avec sa propre Constitution, un État qui avait ses propres journaux et ne comptait sur le Nigeria que pour des structures plus complexes comme un réseau de télévision. Tant de mépris pour l’histoire et tant de mépris pour la vie humaine de la part d’un État comme la France ne peuvent qu’être motivés par l’intérêt, et l’intérêt ici est ce qui fabrique le silence des médias en France sur le génocide qui se déroule actuellement dans le sud du Cameroun. Ce sont des éléments importants à mentionner et à retenir, car le comportement de la République du Cameroun en tant que conquérant au Cameroun méridional n’est possible que parce que le Cameroun a toujours été gouverné en tant que pays francophone, en tant que pays francophone. n’a jamais cessé d’être une colonie française, et en tant que tel, le soutien international de la France a toujours été garanti à Paul Biya. Pour combien de temps?

La demande d’un rétablissement de l’Etat dans le sud du Cameroun, ce qui équivaut à la demande d’une création fédérale. La République d’Ambazonia sera toujours mal comprise si le mouvement social qui la porte est appelé «séparatisme» ou «sécession», car la sécession et le séparatisme meilleure position unitaire. Pourtant, le peuple du Southern Cameroons n’a jamais eu l’occasion de donner son indépendance à tous les États africains par son colonisateur – de voter sur leur indépendance, sur leur statut d’État.

Pour mieux le comprendre, il faut imaginer qu’au lieu de choisir entre l’indépendance et la continuation du colonialisme ou de l’apartheid comme toutes les nations africaines l’ont fait entre 1956 et 1994, le Burkina Faso par exemple, devait choisir de rester avec la Côte d’Ivoire ou rejoindre Mali, parce que les trois pays ont composé ce qui s’appelait alors la Fédération du Mali.

Le destin du pays aurait été condamné par la question elle-même, et pourtant c’est le choix que les Camerounais du Sud ont dû affronter – rejoindre le Nigeria ou le Cameroun oriental – dont la farce a été répétée en 1972 alors qu’ils n’avaient qu’une seule option l’Etat – de voter pour un système de gouvernement unitaire. Ils n’ont jamais eu le choix de toutes les nations africaines! Pas en 1916, pas en 1961, et certainement pas en 1972! En d’autres termes, la Société des Nations, et les Nations Unies en particulier, ont laissé tomber la balle au sud du Cameroun et ont permis à notre peuple d’être gouverné comme s’il avait été colonisé par un État francophone et effectivement par la France.

Là est le problème anglophone, profondément ancré dans le long mépris du droit à l’autodétermination du peuple, de la souveraineté, dont la conséquence peut être constatée en l’absence d’infrastructures de base dans les deux régions anglophones du pays, en la fermeture d’Internet à travers les terres anglophones, l’emprisonnement de journalistes anglophones et la condamnation d’un activiste anglophone à quinze ans de prison pour «hostilité contre la patrie», ainsi que des centaines et des milliers de réfugiés et Dans le gouvernement du peuple, il ne manque pas de sagesse pour reconnaître que l’on a commis une erreur.

Il n’y a aucun crime à reconnaître que la génération des parents a conclu un accord avec lequel on ne peut pas vivre, car l’éducation est là pour nous faire prendre conscience des erreurs passées et nous donne les moyens de les rectifier. Que la génération de 1884 ait signé des traités scellant le sort de nos terres, n’a pas découragé la génération de 1960 de demander l’indépendance pour la même terre.

Après tout, il n’existe pas d’accord éternel entre les hommes et les femmes qui ne sont pas éternels. Un gouvernement est là pour protéger la vie des gens, pour abriter les minorités et faire en sorte que tout le monde ait sa juste part des richesses du sol. Un gouvernement qui tue les gens pour se protéger a perdu son sens et est devenu une fabrique d’injustice. Un gouvernement qui brûle des villages est devenu une machine à tuer tournée contre sa propre population.

Un gouvernement dont les soldats tirent dans les hôpitaux et les mosquées a perdu son droit d’exister. Quant au problème anglophone, la solution à l’injustice systématique profonde qui l’a créé est multiple, bien sûr, mais sa multiplicité ne doit pas faire oublier la nécessité de redresser systématiquement le tort, de manière à éviter la transformation de ce qui est maintenant une guerre civile, dans un état qui ne va pas bientôt disparaître de la mémoire de notre peuple, en créant un cycle de violence dans leur milieu.

Pour ce faire, il y a une porte – cette porte est de revenir au mauvais début et de recommencer à zéro en rétablissant l’État du Sud Cameroun. Cette porte est l’indépendance du Cameroun du Sud ou de la République Fédérale d’Ambazonie. Inutile de dire, la chute de Paul Biya est la clé pour débloquer ce but tout-puissant.

Source: Camerounweb.com

Facebook Comments

Be First to Comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.

Show Buttons
Hide Buttons