Press "Enter" to skip to content

L’enlèvement de Sisiku est une attaque contre l’Ambazonie- Joseph Wirba

Le député de Jakiri qualifie cette arrestation d’attaque contre le peuple du Southern Cameroon.

L’honorable Joseph Wirba s’est exprimé sur l’arrestation des leaders sécessionnistes le 5 janvier dernier à Abuja au Nigeria. Dans un communiqué de presse publié ce 11 janvier 2018, celui-ci condamne fermement l’interpellation et la détention, des 10 leaders arrêtés au Nigeria.

Joseph Wirba demande aux ressortissants des deux régions anglophones du Cameroun de se lever, et de lutter contre un fléau en cours dans leur zone, à savoir les « attaques systématiques » contre le peuple.

« L’enlèvement du camarade Sisiku Ayuk Tabe et de neuf autres dans un hôtel à Abuja au Nigeria, par des hommes armés « inconnus » le 5 janvier 2018, détenus au secret depuis plusieurs jours et sans aucune déclaration officielle des gouvernements nigérian ou camerounais est inacceptable.

Il s’agit de quelque chose de grave pour les gens du Southern Cameroun. Nous devrions, en tant que peuple, nous unir pour combattre ces attaques systématiques contre notre peuple, quel que soit notre position … ne vous y trompez pas! Nous ne devons pas nous croiser les bras et continuer à regarder nos droits piétinés », a-t-il déclaré dans ledit communiqué.

L’honorable Wirba s’indigne également des conditions précaires dans lesquelles les populations camerounaises réfugiées au Nigeria se trouvent, depuis qu’elles ont fui les zones d’affrontements dans la région du Sud-ouest.

« Les réfugiés, d’après mes recherches, vivent dans des conditions très déplorables et inhumaines. Cela devient un énorme problème, surtout pour les femmes – dont certaines sont enceintes – et les jeunes enfants. Ce modus operandi des oppresseurs n’est pas nouveau pour ceux qui se battent depuis des années pour restaurer la dignité des personnes marginalisées du Southern Cameroun« , a affirmé le député.

Le député Wirba a, au final, demandé aux gouvernements camerounais et nigérian de donner les motifs de ces arrestations, ou alors de les libérer sans conditions.

Source: journalducameroun.com

Facebook Comments

Be First to Comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.

Show Buttons
Hide Buttons