Press "Enter" to skip to content

Le COMICA veut porter plainte contre Caroline Biloa Kounou

Le juge de référé d’heure en heure du Tribunal de première instance de Yaoundé a reporté le procès du Comité d’organisation de Miss Cameroun à la fin du mois de janvier pour les réquisitoires de la défense.

Le procès en procédure d’urgence de Caroline Biloa Kounou contre Mme Ingrid Solange Amougou, la présidente dudit comité, M. Claude Abate, président du jury du concours miss Cameroun 2017 et Mlle Aimée Caroline Nseke, miss désignée à la récente élection, s’est tenu jeudi.

Seuls les avocats des différentes parties étaient présents à l’audience, qui a permis d’entendre le conseil de la plaignante. Ceux-ci demandent que le mandat et les fonctions de Miss Cameroun assumés par Aimée Caroline Nseke soit suspendus en attendant que le procédure en annulation de l’élection soit menée à son terme.

Caroline Biloa accuse le Comité d’organisation d’avoir usé de tricherie en présentant une candidate autre qu’elle pour recevoir la couronne. Pour Me Pierre Alexis Bayebec, avocat du Comica, cette accusation n’est qu’une « machination » pour jeter l’opprobre sur ses clients « Cette affaire n’a l’effet que d’un pétard mouillé. Il n’ya aucune pièce fournie jusqu’à présent à l’appui des allégations produites sur les réseaux sociaux. Au cours de la cérémonie, celle qui se plaint n’a même pas fait part des récriminations.

Si cela avait été le cas [si elle avait été bloquée dans les vestiaires, Ndlr], elle l’aurait signalé dans la même soirée. Des jours après, elle sort subitement et va même jusqu’à demander 30 millions de francs CFA. J’attendais de voir des pièces convaincantes mais hélas. Ce sont des pièces postérieures à l’élection qu’elle présente. C’était impossible de la bloquer. Vous vous rendez compte, un évènement de cette envergure où la Première dame est invitée? Vous criez! « , a-t-il déclaré au sortir de l’audience tenue devant le juge de référé d’heure en heure.

Me Pierre Alexis Bayebec n’exclut pas un procès en diffamation contre Caroline Biloa Kounou dans l’avenir. Pour l’heure, il leur faut encore assurer leur défense dans la procédure en cours et aussi dans le cadre du procès au Tribunal de grande instance du Mfoundi qui s’ouvrira le 08 février prochain.

Source: journalducameroun.com

Facebook Comments

Be First to Comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.

Show Buttons
Hide Buttons