Press "Enter" to skip to content

Confidences: l’après-Biya s’annonce difficile pour les dévoués Béti

Vous allez voir, quand le fam sera chassé, hein, l’ensemble qu’on appelle ‘Beti’-la sera abandonne aux Bulu seuls qui en s’ensanglantant, sont devenus les Hutu du Cameroun. Allogènes a Yaoundé, les Bulu seront meme plus detestés et méprisés que les ‘Maguidas’ jadis car en 36 ans de pouvoir, ils auront laisse la foret autour de Sangmelima vierge.

La la, le groupe nomme ‘Beti’ – et je ne sais meme pas si dans les langues ewondo ou eton il y’a le nom-la -, n’est donc possible que parce que un des groupes qui le compose a ce qu’on dit, les Bulu a encore le pouvoir politique. Meme sous Ahidjo, on croyait au Sud que le ‘Nord’ etait homogene et musulman et s’habillait en longue robe.

Il a suffi que Ahidjo tombe pour que soudain les Antar Gassagai et autres Dakole Daissala sortent la sorcellerie et nous disent que les Peuhls-la, la tribu d’Ahidjo, sont meme minoritaires au Nord – et ajoutent que des Peuhls comme Amadou Ali sont d’ailleurs meme des ‘Nigerians’.

‘Beti’ est une unite plus politique que tribale. C’est en fait une coalition politique qui a la chute de Biya, laissera les Bulu seuls. A la chute de Biya, les ‘Beti’ vont comprendre pourquoi les ‘Bamileke’ sont ‘divises’ et ne ‘s’entendent pas.’

Columnist: Patrice Nganang

Facebook Comments

Be First to Comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.

Show Buttons
Hide Buttons