Press "Enter" to skip to content

Buea-Kumba: voici les atrocités orchestrées par des militaires dans 3 villages

Les forces de l’ordre ont entamé l’incendie des villages anglophones le long de la route Buea-Kumba alors que le Conseil des droits de l’homme de l’ONU se réunit.

Les forces du BIR de Paul Biya, la nuit dernière, ont envahi les villages le long de la route Buea-Kumba en brûlant des maisons et en envoyant ceux qui étaient encore dans leurs maisons courir dans les buissons.

Des informations selon lesquelles les forces de l’ordre sont venues de Kumba dans des camions militaires pour attaquer des villages dans les faubourgs de la ville.

D’après les sources, un civil a été tué ou brûlé vif. Cela se passe à un moment où le Conseil des droits de l’homme de l’ONU se réunit à Genève.

Les villages touchés sont notamment Ediki, Mbalangi et Banga Bakundu. C’est la deuxième période de flambée des militaires dans ces villages. Les éléments du BIR de Yaoundé avaient auparavant attaqué le peuple, tuant des civils innocents et leurs maisons rasées. Cela a amené un bon nombre d’habitants à déserter ces villages et à vivre maintenant dans les forêts.

La démolition de la route Buea-Kumba restée bloquée depuis vendredi dernier par les combattants de l’Ambazonie, qui arrête le mouvement des biens et des services de Kumba et des régions avoisinantes vers la capitale économique Douala.

Le régime Biya a déployé des véhicules blindés militaires avec des armes de combat et des hélicoptères de combat à partir de Douala pour identifier et attaquer les bases des forces de restauration à Ambazonia sur terre et dans les airs. Des tanks militaires, des bulldozers et un nombre supplémentaire de forces terroristes ont été aperçus dans la journée de vendredi.

Il y a donc des possibilités d’un autre bain de sang à Ambazonia par le régime terroriste dans les heures et jours à venir. Le fait est que les forêts sont maintenant principalement occupées par des citoyens dont les villages ont été incendiés par le régime terroriste. Les forces de restauration observées la semaine dernière ont quitté les forêts et ont progressé dans les villes. Par conséquent, attaquer les forêts dans les airs au nom des forces de restauration combattantes est une mission génocidaire typique, car seuls les civils à la recherche de refuge seront ciblés.

L’augmentation des atrocités des militaires dans la zone anglophone arrive à un moment où le Conseil des droits de l’homme de l’ONU se réunit à Genève, avec le LRC boycottant la sécession. Le Conseil a déjà accusé le régime Biya d’avoir refusé de lui permettre d’enquêter sur les violations croissantes des droits de l’homme et les atrocités commises par les forces terroristes à Ambazonia.

Source: Bareta.News

Facebook Comments

Be First to Comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.

Show Buttons
Hide Buttons