Press "Enter" to skip to content

Après les USA, la Grande Bretagne aussi met Biya en situation difficile

Theresa May, la première ministre britannique a du faire face avant-hier à l’indignation des députés britanniques sur la situation dans la zone anglophone.

Ils accusent Le régime de Yaoundé de violences et d’avoir orchestré une crise humanitaire. Pour cela ils demandent au premier ministre de faire pression sur Biya afin d’ouvrir un dialogue rapidement avec les dirigeants anglophones. Une pétition en ligne est actuellement signée par des membres du parlement.

Voici leur déclaration 
Que cette Assemblée condamne la violence et l’oppression étatique imposées par le gouvernement du Cameroun dans les régions anglophones du pays;

souligne avec regret que plus de 20 000 réfugiés camerounais ont été enregistrés par le HCR dans leurs camps situés de l’autre côté de la frontière au Nigéria;

reconnaît les informations selon lesquelles environ 1 000 personnes ont été arrêtées et 100 personnes abattues pour s’être opposées à l’oppression de la communauté anglophone par le gouvernement;

note que le gouvernement du Cameroun a réagi aux manifestations pacifiques de 2017 en fermant les frontières aux régions anglophones et en déployant la brigade d’intervention rapide de l’armée; condamne en outre le gouvernement du Cameroun pour sa décision d’utiliser la force et appelle à trouver une solution pacifique;

et appelle le gouvernement britannique à faire pression sur le gouvernement camerounais pour qu’il ouvre des négociations avec les dirigeants anglophones.

Boris Bertolt

Facebook Comments

Be First to Comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.

Show Buttons
Hide Buttons