Press "Enter" to skip to content

Ambazonie: un commando nigérian déployé pour contrer la BIR

Des soldats Camerounais ont envahi, pour la deuxième fois en deux mois, les communautés nigérianes dans l’Etat de Cross River. Des sources à Danare ont indiqué que les soldats avaient pris d’assaut la communauté jeudi, exigeant que le chef du village leur remette quelques réfugiés. Face au refus du chef les militaires sont partis sans blesser personne.

Lundi soir, cependant, ils sont revenus. Estimés entre 50 et 100, ils auraient franchi la frontière internationale à Danare, à la recherche de militants sécessionnistes camerounais qui auraient trouvé refuge au Nigeria. Selon le porte-parole de la communauté de Danare, Douglas Ogarles soldats auraient envahi le village vers 2h00 du matin lundi. Des coups de feu ont été entendus.

« Nous n’avons pas dormi lundi nuit parce que les gendarmes du Cameroun ont envahi notre communauté affirmant qu’ils cherchaient des militants ambazoniens. Certains militants refugiés dans les forêts environnantes, tiraient également. C’était le chaos » a-t-il confié au site d’informations nigérian The Guardian Nigeria.

«Le 25 janvier dernier notre communauté avait eté également victime d’invasion de 80 soldats camerounais qui ont franchi les frontières de Danare-Daddi/Danare-Bodam et enlevé cinq personnes », a-t-il poursuivi.

Selon lui, les soldats ont déclaré que leur mission était d’avertir les résidents de Danare d’être conscients qu’ils reviendraient et organiser une descente destinée à nettoyer les communautés de toutes les menaces au gouvernement camerounais.

« C’est une offensive calculée de l’armée camerounaise sur le Nigeria. Ils ont montré un mépris total de la souveraineté territoriale du Nigeria et ont méprisé les conséquences du passage de la frontière internationale pour mener des intimidations et harcèlement contre les citoyens de Danare », estime-t-il.
Commentant la dernière invasion, le conseiller de la sécurité de l’Etat de Cross River, Jude Ngaji, a déclaré que la question est allée au-delà de la police.

« L’armée nigériane vient de déployer un bataillon dans la région. Aucun Nigérian n’a été tué. Et comme vous le savez, il s’agit d’une question internationale qui est traitée au plus haut niveau du gouvernement », a précisé Jude Ngaji.

D’après le Haut-Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (HCR), près de 36 000 Camerounais ont trouvé refuge au Nigeria depuis le début des affrontements entre l’armée et les séparatistes de l’Ambazonie.

Source: cameroonweb.com/guardian.ng

Facebook Comments

Be First to Comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.

Show Buttons
Hide Buttons