Press "Enter" to skip to content

Ambazonie: la tête d’Atanga Nji mis à prix par les militaires au front

Depuis le début de la guerre qui oppose le Cameroun aux séparatistes anglophones, les soldats au front n’ont pas officiellement donné leur avis sur ce qu’ils pensent de cette crise. Mais cette fois-ci, ceux qui sont souvent appelés la grande muette ont décidé de briser le silence et de se prononcer dans une lettre confidentielle envoyée au Mindef et dont la rédaction de CameroonWeb a obtenu une copie.

Si le message dans son ensemble est une formulation de propositions pour une sortie de crise, une d’entre elles a néanmoins retenu notre attention.
En effet, parmi les 8 propositions énoncées par les soldats au front, la septième concerne le ministre Atanga Nji. Les soldats demandent à Paul Biya de sortir purement et simplement ce dernier du gouvernement en nommant une autre personne venant de la zone anglophone.

Pour ces soldats, c’est l’une des solutions sine quoi none à la résolution effective de la crise et à la fin des hostilités en Ambazonie.

Ci-dessous les propositions des soldats au front:

Nous proposons :

1 – Dans un premier temps, d’envoyer sans tambours ni trompettes des gens sur le terrain rencontrer les populations, causer avec elles, leur parler de l’intérêt de la paix et du vivre ensemble et à l’issu qu’on prenne des mesures. Ceci doit se faire pas sous caméras, mais des causeries vraiment familiales

2 – Que le Ministre Atanga Nji et toutes les élites soient écartelés de la recherche des solutions à cette crise, à défaut de les envoyer eux même éteindre le feu qu’ils ont allumé.

3 – Associer des personnalités de la société civile, du monde sportif, artistique, religieux, traditionnel et politique à la recherche d’une solution définitive à cette crise.

4 – Que le Président de la République en toute humilité appelle une assise avec des dignitaires tels John Fru Ndi, le Cardinal Tumi, Chief Mukete, Mbombo Njoya, les Lamibes et autres ayant une crédibilité bien établie et pouvant parler aux populations.

5 – La libération sous condition du retour immédiat à la paix des leaders sécessionnistes interpelés et leur confier des missions sur le terrain pour ramener la paix.

6 – Rendre la décentralisation effective dans les brefs délais.

7 – Sortir Atanga Nji du gouvernement en nommant une autre personne venant du NW.

8 – Mettre enfin sur pied le plan d’urgence.

Excellence, toutes autres actions en dehors de ces propositions ne conduiront nulle part. Si nous restons dans une situation de supériorité et de non dialogue, il sera difficile de venir à bout de cette menace.
Nous avons besoin de paix, il faut donc que nous puissions la rechercher avec beaucoup d’ humilité, quel que soit ce que ça peut nous coûter. L’ennemi n’a aucun souci à ce que ça dure autant, donc, il est question que nous la recherchions avec humilité et nous pouvons y arriver, c’est possible. Il faut qu’on agisse au plus vite, parce qu’au fur et à mesure que ça traine, les idées naissent, les gens se radicalisent. Il y a encore des gens ayant l’amour de la patrie dans ces régions. Nous les avions approché, mais ils manquent juste d’un appui pour parler aux autres.
Nous ne pouvons rien faire sans ces populations.

En attendant, nous devons:
doubler de vigilance, renforcer la sécurité au tour des autorités dans les deux régions, Renforcer le renseignement et
lui doter des moyens adéquats.

A toutes fins utiles

Source: camerounweb.com

Facebook Comments

Be First to Comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.

Show Buttons
Hide Buttons