237 music, les artistes anglophones gagnent du terrain en 2016

0

Il y’a encore un an, de la zone anglophone du Cameroun, lorsqu’on parlait de Mboa urban music, seuls quelques principaux noms résonnaient. Salatiel, Mr léo, Daphné qui tous produisent depuis Buea.

Je n’aimerai pas associer à ceux-ci des noms tels Stanley, Jovi , Magasco ou Gasha qui se produisent depuis Douala et Yaoundé. La géographie est bien sûr un avantage, les deux villes citées sont les foyers du show bizz et de l’activité de consommation affirmé car ils ont c’est là que sont les médias mainstream du pays (Radio,tv en particulier).

En 2016, l’on ne dira pas que la présence des anglophones dans le hit Camerounais est absente, c’est une année durant laquelle l’on a vu plus d’un s’affirmer, nouveaux pour le public, ils ont compris qu’il fallait se mettre ensemble pour se faire un nom.

Comment les anglophones procèdent t’ils ?

A la différence de beaucoup de francophones, ils sont organisés.
La plupart des artistes avant de proposer un produit s’assurent de l’achever. Cela passe d’abord par la labellisation et l’entourage. Puis ils mettent un investissement digne d’une production échelonnée qui peut leur permettre de toucher une cible communautaire. Ce fut le cas avec Ewube, Mic monsta par exemple qui étaient déjà connu avant qu’on ne les connaît chez les francophones.

Ils sont ouverts aux autres,
Que ce soit à Kumba, Buea, ou Bamenda, ils ont compris que faire des spectacles permanents avec des artistes venus d’autres zones pourraient leur donner plus d’ouvertures et faciliterait les collabos. De petits évents sont organisés permanemment, des initiatives portées soient par des proprios de labels, soient des proches.

La force de la communauté.
Mr Léo est l’exemple patent de cela, sa fan base en garnie d’inconditionnels qui soutiennent son activité et qui sont fiers de lui car il représente valablement leur milieu.

Le sound sytem,

Lorsqu’on observe les sorties, leur travail en termes de song est remarquable et parfois mieux travaillé que ce que l’on écoute chez les autres. Entre les influences Nigérianes et la réalité globale Camerounaise, beatmakers , arrangeurs et artistes tirent leur épingle pour produire un son de qualité et appréciable localement et de standard Continentale.

Leur fabrication de la musique s’appuie sur l’identité avec l’intégration du français ou du camfranglais dans leurs musiques. Elle s’appuie aussi sur la fouille et la revalorisation des anciens succès, ils donnent à leurs morceaux une certaine uniformité plus ou moins homogène.

En 2016, on a 04 tendances de morceaux qui ont été values depuis la zone anglophone, le rnb Afro cadencé, L’afropop, l’Afro dance hall, le Rap kwatta style. De nouveaux visages collés à cette cuvée de morceaux : Blaise B, Coolkid, Askia, Ewube, Mic Monsta, Rytmz, Stanis, Montess,Charly B.

Facebook Comments

LEAVE A REPLY

Please enter your name here
Please enter your comment!